Les relations inégales en socionique* sont des relations asymétriques et toxiques pour le contrôlé et le subordonné.

Contrôleur et Contrôlé

Dans cette relation le Contrôleur se sent toujours à l’aise, il est sûr de lui. De son point de vue, le Contrôlé est un incapable. Le Contrôleur ne voit que les points faibles du Contrôlé, car c’est exactement dans ces domaines que lui-même excelle. Chaque erreur est vivement critiqué. Le Contrôlé, quant à lui, admire le Contrôleur. De toutes ses forces il essaye de répondre aux exigences de l’autre, mais souvent échoue et reçoit une vague de critiques et remarques.

En présence du Contrôleur, le Contrôlé est dans un état de stress continu, alors que le Contrôlé est totalement à l’aise. Au bout du compte, le Contrôleur cherchera à le fuir, car la relation est beaucoup trop épuisante pour lui. C’est une situation déséquilibrée où le Contrôlé est perdu entre l’attrait et le respect qu’il a envers l’autre et les souffrances que cette relation lui engendre.

Supérieur et Subordonné

Cette relation est un petit peu plus confortables que la précédente, mais reste asymétrique et déséquilibrée.

Le Supérieur trouve le Subordonné très simple, prévisible et sans intérêt particulier. Le Subordonné, quant à lui, voit dans le Supérieur une grande personnalité qui inspire de l’admiration et du respect. Sans se rendre compte, le Subordonné suit souvent l’avis, les « instructions » du Supérieur, est toujours prêt à le défendre. Le Supérieur ne presse pas vraiment le Subordonné, lui communique juste son point de vue et ses remarques, mais le Subordonné les prend très à cœur et les réalise inconsciemment. Le Subordonné est donc très influençable par le Supérieur, alors que le Supérieur ne l’est pas du tout, ce qui rend la relation inégale.

*Les descriptifs sont faits dans une situation où on est en face-à-face. Rien que la présence d’une troisième personne peut modifier les équilibres.

Autres types de relations: